Rechercher
  • Le Verger

Bien-Être Nature



La nature est souvent mentionnée comme source de bien-être au sens large. Peut-être l'avez-vous déjà constaté vous-mêmes après avoir passé un certain temps au grand air par exemple. L'article « Merci, Mère Nature » présente justement l'un de ces témoignages où les espaces naturels ont été bénéfiques pour la santé d'une personne. Mais quels sont ces bienfaits justement ? Et comment fonctionnent-ils ? Si vous n'avez pas pu vous joindre au Café-Wifi de ce printemps, voici un condensé de ce qui a été abordé lors de cette rencontre.


Origines 


Inspiré d'une pratique au Japon, nommée Shinrin-Yoku ou littéralement bain de forêt, nous le connaissons sous le terme « Sylvothérapie » ou thérapie par la forêt en occident. Il s’agit de se rendre en forêt avec l’objectif de se détendre et de faire le plein des substances volatiles dégagées par la végétation et les arbres. Substances que l’on peut retrouver notamment dans certaines huiles essentielles. Admise depuis 1982 comme méthode de relaxation et de gestion du stress au Japon, elle est favorisée dans le maintien d’une bonne hygiène de vie à titre notamment de prévention.





Quels sont les bienfaits ? 


Plusieurs études sur le sujet ont permis de dresser une liste des bienfaits que l’on est susceptible d’expérimenter lorsque l’on s’adonne à la sylvothérapie. Bien que l’on parle ici de forêt, il n’est pas absolument nécessaire de se rendre dans l’une pour noter des effets bénéfiques sur la santé physique et mentale. En effet, certains de ces bienfaits peuvent également être rencontré après un moment dans un parc, à la campagne ou près de l’eau par exemple.


  1. Il y a un lien étroit entre le temps passé dans la nature et la réduction des émotions négatives. Par exemple, cela comprend le soulagement de symptômes d’anxiété, de dépression, d’irritabilité, les céphalées de tension et l’indigestion.

  2. Passer du temps dans des espaces verts réduit la production de cortisol, l’hormone de stress, et participe ainsi à la réduction de la tension musculaire, de la pression artérielle et de l’activité cérébrales ; conséquences habituellement retrouvées en présence de stress.

  3. Être dans la nature favorise aussi la production de dopamine et d’endorphine ; hormones associées à la sensation de bonheur !

  4. Elle permet également d’améliorer la créativité (créativité = on a avantage à l’améliorer puisqu’elle nous permet de mieux nous adapter, encore plus important en ce moment) (lien à faire avec la semaine précédente où l’on suggère de visiter de nouveaux endroits) et rétablit la capacité d’attention et de concentration. Pour cette raison on dit que la nature aide à réduire l’intensité des symptômes de TDAH chez certaines personnes. 

  5. D’autres études ont également démontré que passer au moins 2h en forêt permet d’améliorer la qualité du sommeil. 





Où peut-on aller ? 

  • Parc Linéaire de la Rivière-Saint-charles : 32 km et s’étend du Vieux-Port jusqu’au Lac-Saint-Charles, 4 saisons, (gratuit)

  • Marais du Nord : linéaire ou en boucle, jusqu’à 2,2 km, paysage et faune variée ($)

  • Parc de la Montagne des Roches : plusieurs boucles, forêt en ville, étang avec beaucoup de canards (gratuit) 

  • Parc des Moulins : ancien jardin zoologique de Québec, plans d’eau, cascades, sentiers plats, aménagement florals et canards (gratuit)

  • Tous les parcs de la SEPAQ : belvédères impressionnants, hiking ($)





Le temps devient doucement plus frais et il est plus aisé de passer du temps dehors confortablement. Peut-être cet article vous inspirera-t-il à aller explorer les parcs et les forêts près de chez vous ou même un peu plus loins ! N’oubliez pas votre bouteille d’eau, une bonne paire de chaussures et peut-être remarquerez-vous certains de ces bienfaits vous-mêmes.





Laurèle Pilote

Intervenante et animatrice

Le Verger centre communautaire en santé mentale






Sources


Cecily Maller, Mardie Townsend, Anita Pryor, Peter Brown, Lawrence St Leger, Healthy nature healthy people: ‘contact with nature’ as an upstream health promotion intervention for populations,Health Promotion International, Volume 21, Issue 1, March 2006, Pages 45–54,https://doi.org/10.1093/heapro/dai032

Huynh, Q., Craig, W., Janssen, I.et al.Exposure to public natural space as a protective factor for emotional well-being among young people in Canada.BMC Public Health13,407 (2013). https://doi.org/10.1186/1471-2458-13-40 

Marselle, M., Irvine, K., & Warber, S. (2014). Examining Group Walks in Nature and Multiple Aspects of Well-Being: A Large-Scale Study. Ecopsychology, 6, 134. doi:10.1089/eco.2014.0027

Morita E, Fukuda S, Nagano J, et al. Psychological effects of forest environments on healthy adults: Shinrin-yoku (forest-air bathing, walking) as a possible method of stress reduction.Public Health. 2007;121(1):54-63. doi:10.1016/j.puhe.2006.05.024

Taylor, A., Kuo, M., & Sullivan, W. (2001). Coping with ADD. The Surprising Connection to Green Play Settings. Environment and Behavior - ENVIRON BEHAV, 33, 54-77. doi:10.1177/00139160121972864


49 vues