Rechercher
  • Le Verger

La fraude au temps de la COVID



Durant ces mois de confinement, vous avez peut-être remarqué que votre utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) que sont les tablettes, le téléphone ou l’ordinateur, était plus importante. En effet, lorsque l’on se retrouve à la maison, dans l’impossibilité de nous adonner à nos loisirs préférés ou de voir nos proches, les gadgets technologiques sont source de divertissement et aident à passer le temps ! Ils sont aussi bien souvent utiles, voire essentiels à l’obtention de certains services. Leur utilisation néanmoins nécessite d’adopter une certaine vigilance.


Les bouleversements actuels et les besoins d’adaptation qui en ont résulté ne sont pas passés sous le regard des fraudeurs, habiles à profiter des temps d’incertitudes. Le Centre Anti Fraude du Canada s’est notamment penché sur les fraudes spécialement liées à la situation du Covid-19 et a permis de dresser une liste de ce qui pouvait être rencontré jusqu’à maintenant.

Dans cet article seront regroupées de manière abrégée, les recommandations à suivre pour se protéger, non physiquement cette fois-ci, mais virtuellement.


Quelle forme prennent les fraudes spécial covid ?


Les fraudeurs sont créatifs et peuvent se faire passer pour beaucoup de choses qu’ils ne sont pas dans le but d’obtenir de l’argent ou des informations personnelles. Le Centre Anti Fraude répertorie donc une liste détaillée des déguisements que peuvent adopter les fraudeurs et la forme que peuvent prendre leurs tentatives d’hameçonnage. Pour en citer quelques-unes :


· Compagnie tierce qui s’offre de vous aider à remplir la PCU


· Appel, courriel, texto non sollicité de personne inconnue demandant une action urgente, paiement, ou donnant des conseils médicaux ou des opportunités financières


· Offres douteuses : traitements miracles, remèdes maison, vaccin, tests plus rapides


· Faux renseignements qui prétendent faussement provenir du gouvernement ou d’institutions médicales


Elles peuvent être acheminées par courriels, textos, téléphones, vidéos faites maison, publications facebook, etc.



Je pense être la cible d’une fraude, que faire ?


S'apercevoir que l’on s’est retrouvé piégé par un fraudeur peut faire émerger tout un éventail d’émotions. Vous pourriez, par exemple, ressentir de la peur, de la gêne, de la colère et de l’indignation. Néanmoins, ce type de situation peut arriver à tout le monde : les arnaqueurs sont effectivement très doués pour se déguiser, paraître crédibles ou créer des publications qui paraissent vraisemblables. Ainsi, il ne faut pas avoir honte et ne pas hésiter à en parler à une personne de confiance qui pourra vous accompagner. Le Centre Anti Fraude du canada recommande notamment ceci :


· Rassembler les informations sur la fraude (documents, renseignements, copie de courriels)


· Contacter son institution financière (ils pourront également vous conseiller et protéger vos revenus)


· Contacter votre service de police local (cela permettra possiblement de démanteler la fraude et d’éviter d’autres victimes)


· Signaler l’incident au Centre Anti Fraude du Canada


Comment démêler le vrai du faux ?


Il n’est pas toujours aisé de distinguer les informations fausses des publications honnêtes. Ainsi, lorsque l’on se retrouve devant une offre trop belle pour être vrai, des courriels contenant des offres ou des demandes non sollicitées et des indications médicales marginales, il est recommandé d’adopter la conduite suivante :


· Soyez vigilant : Vous pouvez être victime de fraude lorsqu’on vous fait une offre particulièrement alléchante, trop belle pour être vraie. Ou encore lorsqu’une organisation avec laquelle vous n’avez jamais fait affaire vous contacte pour exiger un paiement ou vous demander vos informations personnelles.


· N’engagez pas la conversation : En cas de doute, mettez fin à la conversation. Par exemple, raccrochez le téléphone lorsque le fraudeur vous pose des questions ou vous demande vos informations personnelles. Lorsqu’on vous contacte par texto ou par courriel, ne répondez pas et même, supprimez le message.


· Ne faites pas ce qui est demandé : En cas de doute, ne faites pas ce qui est demandé. Par exemple, si l’on vous demande d’appuyer sur un bouton du téléphone, un lien ou une icône, de partager vos informations personnelles ou encore, de faire un paiement.


· Ne soyez pas impulsif : En cas de doute, dites non. Prenez le temps de réfléchir, de faire une recherche indépendante et de demander conseil à une personne de confiance.


Entretenir son esprit critique

Enfin, les réseaux sociaux ne valent pas les sites gouvernementaux en termes de crédibilité et de véracité de l’information. Les médias sociaux comme facebook, instagram et youtube permettent aux utilisateurs de générer du contenu et de la partager avec les autres. Cela signifie que n’importe qui peut s’improviser scientifique du dimanche et apporter sa propre théorie sur les manières de se protéger de la maladie, de la guérir ou de prédire son évolution. Néanmoins, la production d’informations aussi pointues nécessite plutôt l’avis de plusieurs experts et sont habituellement relayées par des instances crédibles comme les sites du gouvernement du Québec et du Canada. Ainsi, il est vivement recommandé de considérer avec un oeil critique les publications partagées à la chaîne et de prendre son temps pour réfléchir à la pertinence de les partager. Qui affirme ces informations ? Sont-elles vérifiées ? Par qui ? En quelle année ?


Et vous, avez-vous déjà rencontré une tentative d'hameçonnage en lien avec le Covid ? Est-ce quelque chose auquel vous aviez déjà réfléchi ? Autrement, les beaux jours qui reviennent et le déconfinement progressif maintenant entamé peuvent aussi être le bon moment de mettre un peu de côté ses appareils électroniques et profiter de l’extérieur ; ) !






Laurèle Pilote

Intervenante et animatrice

Le Verger centre communautaire en santé mentale

11 vues